Home / Les dernières actualités / L’Italie annonce le passeport sanitaire obligatoire pour tous les salariés d’ici octobre

L’Italie annonce le passeport sanitaire obligatoire pour tous les salariés d’ici octobre

Captain Harlock
Démocratie Participative
16 septembre 2021

 

Avant de lire cet article, nous vous recommandons très fortement de lire au préalable celui-ci :

Israël : le ministère de la santé filmé en train d’expliquer à la ministre de l’intérieur que le passeport sanitaire « n’a aucune justification médicale » et ne sert « qu’à mettre la pression aux non vaccinés »

C’est donc officiel, les Italiens devront être vaccinés s’ils veulent « travailler ».

Capital :

Le pass sanitaire bientôt obligatoire pour tous les les salariés italiens. C’est ce que s’apprête à mettre en place le gouvernement, d’après un projet présenté jeudi soir en conseil des ministres.

« Le gouvernement est prêt à accélérer sur le pass sanitaire (…) Nous nous dirigeons vers l’obligation du pass sanitaire non seulement dans le secteur public mais aussi dans le secteur privé« , a déclaré la ministre des Affaire régionales Mariastella Gelmini au micro de Radio Rai. A partir du 15 octobre, le « green pass », nom donné en Italie au pass sanitaire, serait donc exigé sur tous les lieux de travail, un dispositif qui de fait n’exclut donc que les retraités, les femmes et hommes au foyer et les chômeurs, selon des médias italiens.

Je vous vois venir.

Vous vous dites qu’il reste le RSA.

Désolé, mais le RSA sera évidemment conditionné par une vaccination totale. Je vous rappelle qu’une vaccination totale ne signifie pas seulement deux injections de poison par Pfizer pour un virus qui ne tue personne en dessous de 60 ans.

Cela implique une injection tous les 5 ou 6 mois, au minimum, avec les risques élevés d’effets secondaires sur le court, moyen et long terme.

Et n’oubliez pas, si à la 7 ou 8ème dose vous décidez d’arrêter, vous perdrez votre passeport intérieur, votre vie sociale et votre emploi.

Vous le savez, mais cela va mieux en le disant : la vaccination génère l’apparition de variants toujours plus résistants et plus virulents. Comme à Singapour ou malgré un taux de vaccination massif le pays entre dans une nouvelle vague virale.

Le passeport sanitaire n’a rien de sanitaire : c’est un passeport tout court. Quant à la vaccination, sa fonction est de perpétuer le Cohen19 grâce aux variants qu’elle entraîne. Grâce à cette perpétuation, le passeport est maintenu indéfiniment et le système contrôle les populations gouvernées par la terreur médiatique juive.

La boucle est bouclée.

Objectif de cette mesure: augmenter au maximum le taux de vaccination avant l’arrivée du froid qui risque de favoriser un regain des contagions. A ce stade, près de 75% de la population âgée de plus de douze ans est vaccinée, soit 40,46 millions de personnes. « Le vaccin est notre arme unique contre le Covid », a souligné Mariastella Gelmini. L’Italie a été le premier pays européen touché gravement par la pandémie qui a fait plus de 130.000 morts dans la péninsule et entraîné en 2020 la récession la plus grave depuis l’après-guerre.

L’Italie est un pays de vieillards avec une natalité inexistante qui n’a perdu qu’une grosse centaine de milliers de gens trop âgés et trop obèses. Il y a 50 ans, ils n’auraient même pas dépassé la soixantaine.

Quant à la « récession », elle n’est pas le fait de la pandémie imaginaire de Rhume19 mais la conséquence de la décision de l’oligarchie de suspendre l’activité économique pour basculer dans ce nouveau paradigme de contrôle intégral des peuples.

Ce n’est pas une sorte de catastrophe naturelle, c’est une décision mûrement réfléchie.

Maintenant, malgré 75% de cobayes doublement vaccinés, ils instaurent ce passeport qui n’a, de l’aveu du ministère de la Santé israélien, aucune fonction médicale.

La décision de généraliser le pass sanitaire est le fruit de longues discussions entre le gouvernement, les partis politiques composant la large coalition au pouvoir et les partenaires sociaux (syndicats et patronat). Toujours selon les médias, l’absence de pass sanitaire sera sévèrement sanctionnée, sans toutefois aller jusqu’au licenciement. Une amende de 400 à 1.000 euros pourra être infligée, et elle sera encore plus élevée en cas de contrefaçon. Au bout de cinq jours d’absence non justifiée due à l’absence de pass, « la relation de travail sera suspendue de même que le salaire ».

Vous connaissez ce principe : vous n’avez pas de salaire, vous payez des amendes, mais les goyim ne seront pas « licenciés » techniquement.

Mario Draghi, l’homme de Goldman Sachs à la tête de l’Italie, n’était pas en tête à tête avec Macron pour rien l’autre jour.

Ce sera très bientôt instauré en France.

Je veux clarifier un point à propos de ce concept de vaccination obligatoire pour « travailler ». Il n’est pas question de travailler, mais de rembourser l’énorme dette que les démocraties ont emprunté aux banquiers juifs internationaux.

Pour empêcher toute révolte, le système oligarchique a mis au point cette tyrannie totale en utilisant un virus fabriqué en laboratoire pour justifier les mesures radicales qui se déploient sous nos yeux.

Notre sort, c’est de devenir des esclaves au service de la finance juive, interdits de se déplacer sans autorisation et sévèrement châtiés si l’on prononce le mot juif un peu trop fort.

Dans ce nouveau paradigme, vivre dans une ville grande ou moyenne implique d’être réduit en esclavage.

La seule option est l’autonomie réelle, hors de ces tours de Babel raciales aux des juifs et de leur police.

Commentez l’article sur EELB.su