Home / France / L’Algérie rappelle son ambassadeur et interdit son espace aérien à l’armée française !

L’Algérie rappelle son ambassadeur et interdit son espace aérien à l’armée française !

Captain Harlock
Démocratie Participative
04 octobre 2021

Les algériens sont convaincus que Vegeta est algérien même si Vegeta mange du porc

Macron prépare un coup contre l’Algérie et ce coup à une saveur particulièrement juive.

LCI :

Les relations entre la France et l’Algérie connaissent un nouvel épisode de tensions après des propos d’Emmanuel Macron sur l’histoire algérienne jugés « irresponsables » par Alger. Retour sur les raisons de cette nouvelle crise.

C’est un nouvel épisode de tensions qui anime les relations entre la France et l’Algérie. Après le rappel de son ambassadeur à Paris Mohamed Antar-Daoud pour consultation justifié par « une « situation particulièrement inadmissible engendrée par (des) propos irresponsables » d’Emmanuel Macron, Alger a annoncé dimanche fermer son espace aérien aux avions militaires français.

Pour expliquer ces tensions entre les deux pays qui doivent bientôt commémorer les 60 ans de la fin de la guerre d’Algérie et son indépendance, il faut s’intéresser aux « propos non démentis » d’Emmanuel Macron rapportés par Le Monde. Lors d’une rencontre avec une vingtaine de jeunes descendants de protagonistes de la Guerre d’Algérie, le chef de l’État français a déclaré que l’Algérie s’est construite après son indépendance en 1962 sur « une rente mémorielle« , entretenue par « le système politico-militaire« . Il a aussi critiqué « une histoire officielle totalement réécrite«  par Alger qui « ne s’appuie pas sur des vérités » mais sur « un discours qui repose sur une haine de la France« .

C’est vrai.

C’est tout aussi vrai pour Israël et le mythe de l’holocauste, mais il ne faut pas trop attendre de Macron qu’il le dise.

Parmi les autres motifs d’irritation de l’Algérie : la réduction des visas accordés aux Algériens annoncée cette semaine par le président Français, qui a valu le rappel de l’ambassadeur d’Algérie à Paris, et selon les médias locaux, sa façon de décrire le président Abdelmadjid Tebboune comme « pris dans un système très dur » et de parler des Français comme « des seuls colonisateurs », oubliant la domination ottomane entre le XVIe et XVIIIe siècles.

Or, la question de la mémoire est sensible du côté algérien « parce qu’elle touche à l’histoire, l’âme et l’identité du peuple algérien », a expliqué à l’AFP Hassen Kacimi, spécialiste des questions migratoires. Alors que les deux pays avaient convenu en mai 2020 d’effectuer ensemble un travail de mémoire dans une optique de « réconciliation », le rapport remis en janvier 2021 dans ce cadre par Benjamin Stora a été rejeté par l’Algérie qui l’a accusé de ne pas être « objectif » et reproché l’absence de « reconnaissance officielle par la France des crimes de guerre et contre l’humanité perpétrés pendant les 130 années de l’occupation de l’Algérie ».

Le juif Stora avait produit un copié-collé de la version FLN de la Guerre d’Algérie dans l’optique d’obtenir le soutien électoral du gouvernement algérien lors de la campagne présidentielle de 2022.

Les algériens flairant une faiblesse de Macron ont décidé de faire monter les enchères.

Samedi, la présidence algérienne a donc finalement estimé que la position prise par Emmanuel Macron « heurte les principes devant présider à une éventuelle coopération algéro-française en matière de mémoire (et) a l’incorrigible défaut de tendre vers la promotion d’une version apologétique du colonialisme. »

Les relations franco-algériennes ont déjà connu d’autres épisodes de tensions ces dernières années. En avril 2021, le Premier ministre Jean Castex avait annulé au dernier moment une visite, à la demande d’Alger, mécontente, selon des sources informées de l’AFP, d’une délégation trop petite à leur goût. L’année d’avant, en mai 2020, l’ambassadeur algérien à Paris avait aussi été rappelé après la diffusion d’un documentaire par deux chaînes publiques françaises sur les manifestations pro-démocratie (Hirak) en Algérie.

Ces tensions politiques s’ajoutent à la confrontation entre l’Algérie et le Maroc pour l’accès à l’Océan Atlantique.

Lugan a fait une synthèse de la situation.

L’Afrique Réelle :

Pour une Algérie, « enclavée » dans cette mer fermée qu’est la Méditerranée, il est insupportable de constater qu’avec la récupération de ses provinces sahariennes, le Maroc dispose d’une immense façade maritime océanique partant de Tanger au nord, jusqu’à la frontière avec la Mauritanie au sud, ouvrant ainsi le royaume à la fois sur le « grand large » atlantique et sur l’Afrique de l’Ouest. Refusant obstinément d’admettre cette réalité, l’Algérie porte à bout de bras le Polisario pour tenter d’affaiblir le Maroc. Or, pour Alger, il y a urgence. Le dernier carré des 24 Etats -sur 193 membres de l’ONU-, reconnaissant encore ce fantôme qu’est la RASD (République arabe sahraouie démocratique), achevant de se déliter, une tension avec le Maroc pourrait permettre de freiner l’hémorragie.

L’Algérie traverse une très profonde crise économique, politique, institutionnelle et identitaire. Il lui faut donc tenter de rassembler les énergies nationales et pour cela, depuis l’indépendance, elle a toujours eu recours à deux boucs émissaires : la France et le Maroc.

Si ce que dit Lugan est factuel, étant un ancien militant pro-Algérie Française et un admirateur du Maroc revendiqué, il souhaite surtout voir le régime FLN s’écrouler.

La montée des tensions actuelle semble résulter d’une coordination entre la France et le Maroc visant à affaiblir l’Algérie pour son soutien aux islamistes au Mali, au point de remettre en cause la présence française dans ce pays. L’interdiction de l’espace aérien algérien à l’armée française confirme en tout cas que c’est un élément central des tensions.

Le gouvernement algérien est à l’image des algériens en général : aussi incompétent et corrompu qu’arrogant et menteur. Il est impossible d’établir des relations normales avec ces gens, ils ressentent toujours le besoin de vous insulter, tout en vous regardant de haut du fond de leur pays du tiers-monde. Mais avec l’accord entre le Maroc et Israël soutenu par les USA et la France, il semble que le but est bien d’imposer en Algérie un gouvernement fantoche à la solde des juifs.

Bernard-Henri Lévy doit gérer le dossier personnellement au moment où je parle. Comme d’ordinaire, il doit intriguer pour que des armes soient livrées à une insurrection berbère soutenue par le Maroc et Israël avec le plein appui des USA.

L’Algérie FLN est le dernier état d’Afrique du Nord à s’opposer à la colonie juive de Palestine. Tous les autres sont désormais des colonies de la juiverie internationale. Mieux vaut cent fois le FLN au pouvoir à Alger qu’une démocratie juive. Ce serait un véritable enfer et nous devrions faire face à des millions de migrants algériens supplémentaires.

Commentez l’article sur EELB.su