Home / France / 22,2% des naissances sont issues de l’immigration extra-européenne récente

22,2% des naissances sont issues de l’immigration extra-européenne récente

Captain Harlock
Démocratie Participative
02 octobre 2021

L’INSEE vient de publier les données annuelles des naissances par nationalité pour l’année 2020. Il y a eu 163514 naissances avec au moins un parent étranger né hors de l’UE sur un total de 735196 naissances, soit 22,2%.

Les naissances dont un parent au moins est de nationalité hors UE se décomposent comme suit :

44679 (père hors UE, mère française)

49370 (mère hors UE, père français)

64219 (deux parents hors UE)

3155 (père UE, mère hors UE)

2091 (mère UE, père hors UE)

Ces chiffres ne concernent que les nouveaux-nés dont un parent est de nationalité hors UE (immigration récente). Ils n’intègrent pas les nouveaux-nés dont au moins un parent est un « Français » de papiers (immigration ancienne).

Il en va de même pour les sujets coloniaux des DOMTOM établis en métropole qui représentent au moins 365,000 individus (2008).

Sur les 94,049 naissances non-blanches cités supra dont un des deux parents est détenteur de la nationalité française, une partie indéterminée est le fruit d’un couple formé d’un « Français » ou d’une « Française » de papiers et d’un ou une immigré(e) né(e) hors UE. Il s’agit typiquement des mariages arrangés entre « Français » de papiers et une cousine ou un cousin originaire du pays d’origine (Turquie, Algérie, etc.).

Reste donc à déterminer les naissances issues de « Français » de papiers, qu’elles soient communautaires (deux parents d’origine immigrée) ou hybrides (un parent immigré et un Français de souche).

La carte du dépistage de la drépanocytose de 2019 permet toutefois d’approcher de la réalité raciale.

Après 60 ans d’immigration massive, il est réaliste d’estimer qu’en plus des 22% de nouveaux-nés dont un parent est de nationalité extra-européenne (donc d’immigration récente), 20% supplémentaires sont le fruit de l’immigration non-blanche de deuxième, troisième et quatrième génération.

Rappel de nos projections pour 2050 : Les Blancs minoritaires en France entre 2050 et 2060

2015 en France : 66 millions d’habitants dont 51 millions de Blancs et 15 millions de non-Blancs.

2030 en France : 69 millions d’habitants dont 50 millions de Blancs et 20 millions de non-Blancs.

2050 en France : 75 millions d’habitants dont 40 millions de Blancs et 35 millions de non-Blancs :

  • baisse de 21% du total de la population autochtone (10,7 millions d’habitants), soit 40 millions de Blancs dont 40% de 65+ (16 millions). Seulement 24 millions de Français de souche de moins de 65 ans en 2050.
  • 35 millions d’extra-européens en France sur la base d’un doublement entre 2020 et 2050.

Les chiffres absolus qui blanchissent les statistiques ne doivent pas occulter l’énorme remplacement de population déjà existant parmi les générations récentes. Une fois la génération des Boomers disparue (2030-2040), l’impact de l’immigration non-blanche au quotidien sera encore plus massive et brutale.

Avec des naissances non-blanches majoritaires d’ici 2030 au plus tard, la France sera à majorité non-blanche en 2060.

Commentez l’article sur EELB.su